Mieux produire

« Cradle to cradle », le mouvement perpétuel de la matière

Cette étrange expression, littéralement du berceau au berceau, s’affirme comme la nouvelle devise du design écologiquement responsable.

Popularisé par le livre « Cradle to cradle : créer et recycler à l’infini » (Braungart et McDonough, 2002), ce concept de l’économie circulaire s’oppose à l’expression « cradle to grave » (du berceau au tombeau) qui fait écho à notre mode de production actuel.

41uwb4OvlDL._SX367_BO1,204,203,200_

Le principe ? On ne consomme pas la matière, on l’emprunte. Ainsi, les déchets deviennent une matière comme une autre, qui à ce titre, doivent trouver une place dans la chaine de production. Ils réapparaissent sous forme d’énergie, de nutriments pour la terre ou de matière première pour la prochaine production.

Certes, à la manière des photocopies de photocopies, la matière s’altère, les nouveaux produits sont alors de qualité moindre. Cependant, les entreprises y trouve un intérêt : baisse des coûts de matière, fiscalité écologique, bénéfice d’image.

Le label « cradle to cradle » certifie, entre autres, qu’un produit à été confectionné avec de l’énergie renouvelable, à partir de matière recyclée et sans substance toxique. En 2016, la bouteille de 25cl de Kronenbourg 1664 a reçu sa certification. Enfin, même recyclée à l’infini, il reste conseillé de la boire avec modération…

Laissez un commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crédits : @FoodForSoul

Massimo Bottura, un chef étoilé qui s’engage

Lire l'article
©Emilien Cancet et ©Foodentropie

Foodentropie : le nouveau laboratoire de l’alimentation durable

Lire l'article
29df0a1fe5_50035717_pomme-terre-dr

La pomme de terre comme vous ne l’avez jamais vue

Lire l'article