Mieux manger

La France, n°1 de l’alimentation durable

Selon le Barilla Center for Food and Nutrition, la France arrive en tête du classement mondial de l’alimentation durable. Pourquoi ?

Production durable, alimentation de qualité et lutte contre le gaspillage sont les trois principaux ingrédients d’une « alimentation durable », selon la fondation Barilla Center for Food and Nutrition. « La coexistence de la faim et de l’obésité, la surexploitation des ressources naturelles et le gaspillage alimentaire» Trois paradoxes identifiés par la fondation Barilla Center for Food and Nutrition qui s’est engagée à établir un index, en accord avec les recommandations de la COP21, des pratiques durables dans le secteur agro-alimentaire. Cet index, lancé cette année, est élaboré à partir des analyses de l’Economist intelligence unit, groupe de recherche Britannique du très sérieux journal The Economist, également partenaire.

doppia-piramide-adulti_en

La France se positionne en tête du classement, devant le Japon et la Corée du Sud. Alors pourquoi la France ? Selon la fondation qui a évalué 25 nations selon 58 critères cette première place s’explique notamment par une bonne gestion des ressources en eau, une volonté de limiter les changements climatiques, et une nouvelle législation sur le gaspillage alimentaire. En effet, la France est le premier pays au monde à avoir instauré une loi pour lutter contre le gaspillage. Alors que les supermarchés jettent chaque jour vingt kilos de nourriture, la loi n° 2016-138 du 11 février 2016 vient punir pénalement le gaspillage alimentaire. Cette mesure met l’accent sur l’éducation auprès des enfants, mais aussi en entreprise. Elle interdit par ailleurs aux distributeurs de rendre impropres à la consommation des denrées alimentaires encore consommables.

QzCMltyTaMOORgb36EfwBTl72eJkfbmt4t8yenImKBWdd7Q5lHcQkhWOG63n0bXx

Cette réforme de 2015 s’accompagne de 36 autres mesures, comme l’introduction du « doggy bag » dans les restaurants. Car le gaspillage existe tout au long de la chaîne, du champ à l’assiette. A l’origine des 36 mesures inscrites dans la loi, le député Guillaume Garot est persuadé que seule l’éducation permettra de changer les habitudes des consommateurs. A la maison, le gaspillage vient en effet d’une mauvaise gestion des courses. La réforme Française devrait être portée au niveau européen.

Avant le vote de loi, des start-up pariaient déjà sur la lutte contre le gaspillage. Boucheries, traiteurs, ou restaurants se retrouvent en fin de journée avec des invendus impossible à proposer le lendemain. To good to go a trouvé la solution : ce réseau malin met en relation les commerçants et leurs clients afin de leur proposer les invendus de la journée à petit prix. Avec la lutte anti gaspi, les start-up misent sur le gagnant-gagnant : Plus connue, la start-up Optimiam, créée en 2014, a également pour ambition d’aider les commerçants à promouvoir leurs produits tout en réduisant leur stock. Les clients, de leur côté, peuvent faire de bonnes affaires.

Laissez un commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

edible-fruit-spray

Lutter contre le gaspillage alimentaire grâce… aux végétaux

Lire l'article
seaweed-557178_1280

La spiruline, le super aliment qui a de l’avenir

Lire l'article
foodtech-smartphone-assiette-lentreprise_5371093

La Food Tech à la table du CES

Lire l'article