Mieux produire

La révolution durable du packaging

De nouveaux emballages actifs permettent de conserver plus longtemps les aliments avec trois objectifs : protéger la santé, réduire le gaspillage alimentaire ainsi que la production de déchets.

L’époque où les aliments prenaient un coup de chaud inévitable dans leur récipient en plastique est bientôt terminée. Voici venu le temps de l’emballage actif, un système de packaging qui interagit avec l’atmosphère de l’aliment et permet de le conserver plus longtemps. Premier objectif : réduire le gaspillage alimentaire.

Comment ça marche ? Plusieurs facteurs contribuent à la détérioration d’un aliment : oxygène, vapeur d’eau, gaz carbonique, microbes… Les emballages actifs vont lutter contre ces facteurs de dégradation. Certains vont être absorbants et vont par exemple aspirer la vapeur d’eau qui provoque le pourrissement. D’autres vont être émetteurs et vont par exemple incorporer dans le contenant de l’éthylène qui permet de conserver plus longtemps l’aliment appétissant.

4-emap

– L’emballage à viande sous environnement modifié : Gagnant du Greener packaging award 2015, le Skinpack de la chaine de supermarchés belge Delhaize permet de conserver la viande jusqu’à neuf jours, deux fois plus qu’avec un emballage normal. Il s’agit d’une seconde peau qui utilise le système MAP (Modified Atmosphere Packaging) : en plus de la denrée, l’emballage contient un mélange gazeux d’oxygène et de dioxyde de carbone qui favorise la stabilisation de la flore microbienne du produit. Sous vide, la viande a tendance à devenir grise et donc repousse le consommateur, ce qui n’est pas le cas en injectant ce mélange gazeux.

nanopack_03

– Des emballages antimicrobiens à partir des nanotechnologies : Le projet israëlien Nanopack a reçu le soutien de l’Union européenne pour développer des solutions d’emballages antimicrobiens confectionnés grâce à des nanomatériaux naturels. L’idée est de limiter la détérioration précoce de l’aliment. Le projet compte employer des composites polymères à base de nanotubes naturels Halloysites, capables de libérer des charges bioactives. En clair, des huiles essentielles naturelles aux propriétés antimicrobiennes et antifongiques.

22545_une

– Pour une chaîne du froid écolo : la rupture de la chaîne du froid est responsable de la perte de tonnes de denrées alimentaires. Le projet Frisbee intègre des MCP (Matériaux à Changement de Phase) dans les plastiques. Cet emballage, similaire à du plastique, permet d’éviter les changements de températures. Et donc, de prévenir le gaspillage.

Nos océans sont déjà pollués par plus de 150 millions de tonnes de déchets plastiques, dont plus de 60 % proviennent directement des emballages.

Lutter contre le gaspillage alimentaire n’est pas le seul objectif de ces emballages du futur. S’ils sont très pratiques, les emballages plastiques, issus à 90 % de la pétrochimie, sont aussi mauvais pour la santé et pour l’environnement. Par simple contact, nos aliments peuvent être contaminés par les perturbateurs endocriniens présents dans le plastique. Quant à nos océans, ils sont déjà pollués par plus de 150 millions de tonnes de déchets plastiques, dont plus de 60 % proviennent directement des emballages. Des chercheurs et des entreprises travaillent sur des solutions, tout aussi résistantes que le plastique, mais sans danger pour l’homme ou l’environnement. Outre les pots en verre, bocaux et autres boîtes en inox, il existe des emballages en cire d’abeille ou des plastiques en biomatériaux.

Laissez un commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18033085_1265834646868651_314563530112718038_n

Le Frigo Jaune : la fin du gaspillage alimentaire en entreprise ?

Lire l'article
Bioéconomie

La bioéconomie va-t-elle changer le monde ?

Lire l'article
Capture d’écran 2017-04-26 à 13.47.07

Une exposition qui donne la patate !

Lire l'article