Mieux manger

La spiruline, le super aliment qui a de l’avenir

Fer, protéines, oméga 3, calcium… Les apports nutritionnels des micro-algues, notamment la spiruline, en font un complément alimentaire de choix. La spiruline fraîche fait depuis peu son apparition dans certaines recettes. De quoi faire de cette micro-algue un super aliment.

1 500 algues bleues peuplent nos océans, mais seulement 36 d’entre elles sont comestibles. La plus connue, l’Arthrospira Platensis, ou spiruline, se reconnaît facilement par sa couleur bleu-vert et son goût iodé. Riche en protéines végétales complètes, acides aminés et acides gras essentiels, en minéraux, oligo-éléments et vitamines, elle est très appréciée des végétariens et des sportifs qui la consomment sous forme sèche en complément alimentaire.

la-spiruline--pourquoi-et-comment-lutiliser

Georges Garcia voudrait la voir quotidiennement à table. Cet ingénieur télécom qui a travaillé pour plusieurs ONG a découvert la micro-algue lors d’un voyage. Séduit par la spiruline, il se lance en 2013 dans un projet innovant : permettre à tout le monde de produire localement de la spiruline fraîche.

Parmi les sources alternatives de protéines, les insectes, et dans la catégorie protéines végétales, les micro-algues dont la culture est très peu énergivore.

15 000 litres d’eau seraient nécessaires pour produire un kilogramme de viande de bœuf. Le gaspillage de l’eau douce, un argument pour se tourner vers d’autres sources de protéines que le steak. Parmi les sources alternatives de protéines, les insectes, et dans la catégorie protéines végétales, les micro-algues dont la culture est très peu énergivore. Le futur de notre assiette se trouverait donc 20 000 lieues sous les mers ?

« C’est un projet qui a du sens, il allie plusieurs choses essentielles à mes yeux : mieux s’alimenter, lutter contre la malnutrition, avoir un faible impact sur l’environnement et une utilité sociale », résume Georges Garcia à la tête de l’association La voie bleue qui fait la promotion des micro-algues comme nouvel aliment et de la start-up Alg & you qui développe une « phytotière ».

« La spiruline est très adaptée à l’agriculture urbaine qui est amenée à se développer dans les années à venir. »

L’entreprise propose un kit pour démarrer la culture avec des sachets de micro-algues et toutes les étapes à suivre pour se lancer dans la culture. Cet engin fonctionne comme une yaourtière : il permet à chacun de produire à la maison sa spiruline fraîche. Plusieurs tailles de phytotière sont disponibles. Elles s’adaptent à l’utilisation que le cultivateur veut en faire : de la taille d’une yaourtière pour un usage domestique, un peu plus grand pour un restaurant, voire même de la taille d’une pièce si l’on veut se lancer dans le commerce. « La spiruline pousse vite et bien », assure Georges Garcia. « La phytotière demande simplement de vérifier la température, d’agiter le module et de permettre la photosynthèse », trois éléments essentiels et effectués par la machine.

7014914-10733039

« Contrairement à la spiruline sèche, souvent importée de Chine, la spiruline fraîche nécessite une production locale. Le circuit court est vecteur de confiance. De plus, la spiruline est très adaptée à l’agriculture urbaine qui est amenée à se développer dans les années à venir », indique Georges Garcia.

Une fois la spiruline fraîche produite à la maison ou achetée localement, comment la consommer ? « Elle se présente comme un fromage frais, sauf qu’il est vert », précise Georges Garcia. Elle peut donc être tartinée et mangée ainsi sur du pain ou des toasts, mais elle peut aussi être cuisinée en la mélangeant à d’autres aliments pour transformer les sauces et les plats. Son entreprise propose donc des recettes qui incorporent la spiruline à la liste des ingrédients, comme dans les compotes, ou des recettes qui remplacent un aliment, comme les épinards, par la micro-algue.

D’autres entreprises se sont lancées dans le commerce et la production de spiruline alimentaire : En Allemagne, la start-up Evergreen Food propose des caviars de spiruline et autre vinaigre de micro-algue à intégrer dans l’alimentation. Des recettes qui ne dépassent pas les 20 % de micro-algue, car leur goût et leur couleur bien verte déstabilisent encore les consommateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire :

  1. Linda dit :

    Moringa et Spirulina est le miracle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Capture d’écran 2017-04-26 à 13.47.07

Une exposition qui donne la patate !

Lire l'article
paack2

La révolution durable du packaging

Lire l'article
Screen-Shot-2016-10-21-at-15.03.46

DigitalFoodLab veut accélérer la FoodTech

Lire l'article