Mieux produire

Transformer ses déchets en biogaz, c’est possible

Selon un article du journal Le Monde de 2016, on estime que “chaque Français produit en moyenne 270 kg de déchets, dont un tiers de déchets organiques.” Pire, la France est le mauvais élève européen : seuls 10% des Français se sentent concernés par la collecte des déchets organiques, loin derrière l’Autriche (80%) ou l’Allemagne (60%).

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreux débouchés pour les restes de nourriture que l’on jette sans y penser : ils peuvent être transformés en fertilisants ou en énergie, et plus précisément en biogaz. Si peu de solutions existent encore en 2017, la loi de transition énergétique obligeant les communes à valoriser leurs biodéchets d’ici à 2025 est en train de faire bouger les choses. Au-delà des solutions mises en place par les communes, des solutions domestiques, portées par des entreprises et start-ups, prenant la forme de petites unités de méthanisation promettent d’accélérer la conversion des ménages au tri de leurs déchets organiques. Tour d’horizon de ces innovations.

Miniaturiser pour mieux valoriser l’impact

Elles s’appellent Flexibuster ou encore Homebiogas et permettent chacune à leur manière d’obtenir un impact direct. En effet, Flexibuster est une benne à ordures qui peut contenir les déchets alimentaires d’un immeuble et alimenter en gaz les habitations. Homebiogas, de son côté, s’intègre directement dans le jardin et transforme les déchets organiques qui lui sont fournis en gaz pour les équipements domestiques ou en fertilisant pour le jardin. Le tout grâce à une bactérie qui détruit petit à petit les déchets. Cette colonie de bactéries doit être entretenue et toutes les instructions sont fournies pour réussir la transformation de ses déchets de manière “do it yourself”.

Crédits : SEAB Energy

Crédits : SEAB Energy

La vraie innovation apportée par Homebiogas ? Pour chaque système acheté, l’entreprise promet de contribuer à l’installation d’unités de transformations dans les pays en voie de développement. Ainsi l’entreprise israélienne s’est-elle rendue au Kenya, en Argentine ou encore en Jordanie afin de permettre aux populations locales d’utiliser des biogaz, moins toxiques que les sources d’énergies (charbon ou pétrole) les plus répandues dans les habitations.

Crédits : HomeBiogas

Crédits : HomeBiogas

Un cercle vertueux

Même les grands groupes sentent l’importance de ce changement d’attitude : Whirlpool a ainsi mis au point Zera, une poubelle qui transforme les déchets en fertilisant en tout juste 24 heures. Star du congrès Consumer Electronics Show (CES 2017), Zera augure d’une ère où des petits cubes turbineront dans nos cuisines pour recycler nos déchets alimentaires. Gageons que nombre d’autres innovations ne vont pas tarder à déferler pour rendre le compostage toujours plus facile.

Crédits : Whirlpool

Crédits : Whirlpool

Reste à régler une variable importante : le prix. Tandis que Zera est annoncé à un prix de 699 dollars, Homebiogaz est financé sur Kickstarter et n’a pas encore finalisé son industrialisation et donc sa commercialisation. Pour véritablement démocratiser ces unités de recyclage domestiques et avoir un impact durable, il faudra en effet garantir l’accessibilité des prix au plus grand nombre. Car si rendre les habitants responsables du recyclage de leur alimentation en les connectant à un cycle vertueux est sans doute la meilleure manière d’achever de convaincre celles et ceux qui croient déjà au compostage, il faudra que ces solutions changent surtout la vision de celles et ceux qui sont encore sceptiques sur ces sujets

Laissez un commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crédits : @FoodForSoul

Massimo Bottura, un chef étoilé qui s’engage

Lire l'article
©Emilien Cancet et ©Foodentropie

Foodentropie : le nouveau laboratoire de l’alimentation durable

Lire l'article
29df0a1fe5_50035717_pomme-terre-dr

La pomme de terre comme vous ne l’avez jamais vue

Lire l'article